Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il s’agit de chrétiens d’orientation protestante qui ont décidé de sortir du système de l’église bâtie de mains d’hommes pour vivre leur foi à domicile.

Le phénomène a plus que quadruplé depuis 2003 lorsqu'il a commencé à être mesuré par l’IBGE, (l’institut brésilien de géographie et des statistiques) qui souligne les raisons de cette décision :

- désaccords avec certaines doctrines prêchées

- scandales politiques

- scandales de mœurs dans l’église

- scandales financiers et d’autres raisons...

google images

google images

Les évangéliques du pays partent du principe que la personne qui décide de vivre sa foi hors de l’église ou d’un temple, a forcément tort de partir et se trouve dans l’erreur. Ceux qui partent sont qualifiés d’apostats.

L’IBGE souligne également que les églises ignorent volontairement les raisons pour lesquelles ces chrétiens partent, en mettant l’accent sur le fait qu’ils sont de toute façon apostats, et sur un mauvais chemin.

Depuis août 2017 l’institut affirme qu’ils sont toujours plus nombreux à prendre cette décision, et aujourd’hui ils sont plus de 4 millions à vivre leur foi seuls, en famille ou dans des groupes de maisons.

 

Plusieurs pasteurs et théologiens affirment que l’éloignement est préjudiciable pour la foi : « Vivre sans église est une erreur. Essayer d’être croyant à la maison, seul, c’est aussi une erreur » affirme le révérend Augustus Nicodemus Lopes, pasteur presbytérien et un des principaux théologiens du pays.

Pour le pasteur, les « sans-église » actuels, reproduisent ce qui s’est produit tout au long de l’Histoire du christianisme, avec des différents groupes qui voulaient se réunir de manière informelle.

google images

google images

Nicodème Lopes fait remarquer que l'Église, bien qu'imparfaite, n'est pas responsable de tout ce qui ne va pas dans son environnement :

« Critiquer l'Église organisée, comme si elle était la mère de tous les maux, c'est mal, c'est de l'ingratitude. Ce que nous devons faire, c'est reconnaître le besoin d'être avec nos frères et d'obéir à ce que Jésus a commandé en termes d'adhésion » déclare-t-il.

« Jésus a commandé de baptiser. Jésus a ordonné le discipulat. Jésus a dit qu'il devait avoir la discipline, si le frère a péché et ne s'est pas repenti, il doit être exclu. Jésus a parlé de la direction de l'église. L'apôtre Paul constituait des prêtres et des diacres. Donc, tout cela implique un minimum de structure pour que vous obéissiez à ces ordres du Seigneur Jésus », a ajouté le révérend.

comshalom.org

comshalom.org

Un autre leader évangélique qui s'est aventuré à étudier le phénomène, le pasteur Daniel de A. Durand, a écrit le livre Desigrejados (les sans église), dans un effort pour décrire l'évangélique qui décide de quitter l'église pour vivre une foi loin des organisations officielles.

Dans le livre, Durand explique que les gens qui adoptent cette attitude se trompent en croyant qu'ils n'ont pas besoin d'être inclus dans une église pour vivre la vie chrétienne, selon les informations du portail JM News.

 

D'autre part, le livre de Nelson Bomilcar, soulève aussi des questions sur les non-fréquentants : « Ces chrétiens ne pourraient-ils pas contribuer à la perfection de l'Église, insistant sur de nouvelles voies, plutôt que de s'en éloigner ? »

 

 

Le débat n’est pas que brésilien, il est mondial puisque partout ailleurs on constate ce « réveil » d’un nouveau genre qui prend de l’ampleur.

Si une partie de ceux qui coupent le cordon ont effectivement perdu en spiritualité, une autre catégorie affirme s’être considérablement rapprochée de Dieu par la prise en main personnelle et individuelle de leur foi, lisant beaucoup plus les Écritures et parlant davantage à Dieu.

 

 

 

Avec les informations de :

NoticiasGospelMais

google images

google images

Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES, #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES