Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Selon un ancien employé du géant américain, Zachary Vorhies, Google limite la portée des sites conservateurs et chrétiens. Il a déclaré avoir des preuves que Google manipulait des données pour limiter la portée des sites conservateurs et chrétiens sur le Web.

Zachary Vorhies Google. (Image: Project Veritas)

Zachary Vorhies Google. (Image: Project Veritas)

 

Le géant de la technologie Google a-t-il des listes noires sur des centaines de sites conservateurs et chrétiens pour limiter leur portée et propulser ainsi un programme progressiste ?

C'est ce qu'affirme un ancien employé de Google - et il transmet sa déclaration au ministère de la Justice.

Zachary Vorhies a déclaré à l'organisation d'investigation Project Veritas avoir confié plus de 1 000 pages de documents Google, son ancien employeur, à la division antitrust, concernant une législation interdisant ou contrôlant les trusts ou autres monopoles, dans le but de promouvoir la concurrence dans les entreprises.

 

 

Vorhies explique qu'il a travaillé chez Google durant huit ans et que ses documents montrent que le géant de la technologie a manipulé ses algorithmes pour que son moteur de recherche soit biaisé par rapport aux médias conservateurs et chrétiens.

« J'ai récupéré ces documents, parce que j'ai vu quelque chose de sombre et de dangereux pour la société », a expliqué Vorhies.

« J'avais le sentiment que notre système électoral entier serait compromis à jamais par cette société qui a expliqué au public américain qu'elle ne fait rien de mal. Et j'ai vu qu'elle agissait très rapidement, non seulement dans les documents, mais aussi dans les rapports internes »

 

 

« Ils ont l'intention de sculpter le paysage de l'information afin de pouvoir créer leur propre version de ce qui est objectivement vrai », a-t-il déclaré.

Les documents soumis par Vorhies montrent que les sites figurant sur la liste noire de Google incluent des voix conservatrices importantes telles que Glenn Beck, Rush Limbaugh et Michelle Malkin. La liste inclut également des sites conservateurs tels que Daily Caller et RedState, ainsi que des sites chrétiens internationaux tels que The Christian Post, Patheos et Christian Today.


 

Trouvé sur google images

Trouvé sur google images

En décembre dernier, le PDG de Google avait assisté au congrès et avait déclaré la société « politiquement neutre ». En ce qui concerne les algorithmes de recherche de la société, il a déclaré : « Nos algorithmes n'ont aucun sens du sentiment politique. »

Mais Vorhies affirme que les documents montrent le contraire. Certains documents peuvent être consultés en ligne.

 

« Ils expliquent aux individus qu’ils n'ont pas de liste noire, pas d'idéologie politique et pas de préjugés politiques », a-t-il déclaré.

« Mais il est clair qu'ils ont tout. Et si Google veut avoir des préjugés politiques, c'est son droit en tant qu'entreprise. Mais ils prêtent serment et disent que ces listes noires n'existent pas. Pourtant elles existent, les employés comme moi sont en mesure de consulter le moteur de recherche interne de l'entreprise le constatent. Leur serment est faux ou complètement biaisé », a-t-il déclaré.

Trouvé sur google images

Trouvé sur google images

La stratégie

 

Vorhies a déclaré à Project Veritas qu'il gagnait 260 000 USD par an en travaillant pour Google, mais qu'il a préféré démissionner parce qu'il voulait faire ce qu'il fallait.

Il a dit craindre pour sa vie au cours des dernières semaines. L'ancien employé de Google a déclaré au site de l'enquête qu'il avait créé un "Dead Man's Switch" afin de divulguer toutes les informations au public en cas de décès. Vorhies a déclaré avoir informé Google de son plan.

 

Le site chrétien CBN News a contacté le ministère de la Justice pour obtenir plus d'informations sur cette affaire.

Glenn Beck, PDG de The Blaze, a participé jeudi au programme CBN Newswatch pour discuter de l'allégation selon laquelle les sites Web de son entreprise seraient sur une liste noire de Google. Glenn Beck, PDG de The Blaze, a déclaré jeudi à CBN News qu'il n'était pas surpris que cette liste noire existe réellement.

Trouvé sur google images

Trouvé sur google images

« C'est une chose pour laquelle nous sommes sur nos gardes et dont nous parlons depuis un certain temps », a expliqué Beck.

« Cela rappelle beaucoup la Chine. … Et ils deviennent de plus en plus subtils avec leurs algorithmes. Cela pose un grand danger pour notre République. »

« Il a expliqué qu'en changeant simplement les cinq premiers résultats de recherche, vous pouviez orienter quelqu'un qui était indécis et le déplacer dans un champ ou dans un autre »,

 

Interrogé sur la manière dont son organisation réagirait à la prétendue liste noire de Google, Beck a répondu : « J'en arrive au point où je sais ce qui va arriver. Notre travail consiste à alerter les gens que cela est en train de se produire. »

Trouvé sur google images

Trouvé sur google images

Avec les informations de :

Guiame

Tag(s) : #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES