Le propriétaire de l'église d'Azagher et son épouse subissent des pressions constantes de la part des autorités algériennes. Ils passent devant la justice aujourd'hui.

 

L'Église a été scellée en octobre 2018

En février 2018, l'église a reçu l'ordre de cesser ses activités après avoir reçu une lettre faisant état du non-respect des règlements de sécurité. L'église a fermé ses portes jusqu'à ce que les améliorations demandées par le comité de sécurité du bâtiment soient réalisées. La direction de l'église a informé par écrit le Wali (gouverneur) de l'achèvement des améliorations requises et a rencontré les responsables municipaux concernés. Malgré cela, l'église a été scellée par les autorités en 2018.

 

L'assemblée continuait à se réunir sous une tente

L'assemblée continuait à se réunir pour le culte sous une tente érigée dans la cour de l'église. En janvier 2019, la gendarmerie nationale a informé le propriétaire que la tente devait être démontée. Il a été convoqué plusieurs fois par la police. Le 20 juin 2019, un tribunal l'a condamné à six mois de prison et à une amende de 50.000 dinars (environ 400 euros) pour avoir organisé une réunion de prière dans un lieu non autorisé selon l'ordonnance 03-06 régissant le culte non musulman. Il a fait appel du verdict. Le tribunal l'a convoqué aujourd'hui, ainsi que sa femme, qui l'assiste dans l'organisation du culte. 

L'église en question se nomme la «Ville de Refuge». Elle est située dans le village d'Azagher près de la ville d'Akbou en Kabylie, à environ 180 kilomètres au Sud-Est d'Alger. L'assemblée compte environ 400 participants et est active depuis octobre 2013. Elle est membre de l'Église Protestante d'Algérie (EPA).

 

Depuis novembre 2017, une campagne contre les églises

Depuis novembre 2017, le gouvernement s'est engagé dans une campagne systématique contre les chrétiens. Les églises affiliées à l'EPA ont été mises au défi de prouver qu'elles ont des licences conformément aux exigences de l'ordonnance 03-06 réglementant le culte non musulman. Cependant, le gouvernement n'a jamais délivré d'autorisation pour un bâtiment d'église en vertu de cette ordonnance, ignorant les demandes des églises pour régulariser leur statut. À ce jour, une douzaine d'églises de l'EPA ont été scellées par le gouvernement.

Il y a quelques jours, l'Union européenne a adopté une résolution appelant les autorités algériennes à rouvrir les églises mises sous scellés.