Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

- Brésil

Pages : 2

Dès son adolescence, Gilda Julio aimait découvrir son avenir à travers l'horoscope pour trouver des réponses à sa vie amoureuse. Non satisfaite des retours qu'elle recevait, elle a commencé à consulter des diseuses de bonne aventure, mais n'a toujours pas eu les réponses qu'elle souhaitait.

« Toutes ces pratiques pour moi étaient innocentes, parce que je voulais juste me marier et être heureuse. Chaque fois que je consultais les cartes ou les cauris, je partais pleine d'espoir et j'attendais ce qu'ils révéleraient. La Parole de Dieu dit que le diable est le père du mensonge ...», a-t-elle déclaré sur son blog.

 

Au fil des ans, l'anxiété de savoir ce qui allait se produire dans sa vie s'est accrue de plus en plus et Gilda a commencé à fréquenter les terreiros d'Umbanda (centre spirites). Elle a passé des années comme membre de ces centres, puis un jour le Diable est entré dans quelqu’un et l’a menacée en lui disant qu'elle devait devenir filha de santo (une sorcière/médium) et recevoir des entités en elle. Dans le cas contraire, il tuerait tous les membres de sa famille et elle ne se marierait jamais, à cause d'une malédiction qui pesait sur les femmes de la famille.

« La peur est une arme puissante dans la main de l'ennemi. C'est par peur que j'ai commencé ma vie dans le terreiro Umbanda », a-t-elle déclaré.

Illustration : Terreiro Umbanda

Illustration : Terreiro Umbanda

Dès lors, sa vie a été absorbée par l'ennemi. Elle donnait 50 % de son salaire au centre, et toutes les décisions de sa vie devaient être approuvées par les orixás (entités, esprits).

« Cette autorisation s'appliquait à tout ce que je faisais, même sur ce que je devais manger ou porter comme vêtement. Cela s’appliquait aussi aux rencontres amoureuses », a-t-elle expliqué.

Gilda avait obtenu son diplôme de journalisme à São Paulo et est allée vivre avec sa sœur à Minas Gerais pour travailler dans le bureau de presse d'une ville. À cette époque, elle entre à la Faculté des lettres et étudie l'anglais, le français et l'italien. Mais l'ennemi lui a demandé une exclusivité totale et a obligé Gilga à abandonner son travail, pour se consacrer davantage au terreiro.

« Mon obéissance au Diable était aveugle et incontestable. Tout ce qu'il m'a dit de faire, je l'ai fait par peur, car si je n'obéissais pas, j'étais punie. J'étais souvent obligée de sauter par-dessus un mur de cimetière ou  faire une offrande à la porte d'un cimetière. Le vendredi de la Passion, je devais aller dans la forêt avant le lever du soleil et je ne pouvais partir qu'après le coucher du soleil ».

 

Lorsque la sœur de Gilda, a donné naissance à sa fille Nayara, les soeurs ne voulaient plus travailler dans le centre. L'entité a menacé de prendre la vie du bébé. Alors les deux sœurs sont restées et se sont profondément enfoncées dans l'occultisme.

« Pendant près de 30 ans de ma vie, je me suis alors consacrée au spiritisme. J'avais commencé par les Cartes, puis la Umbanda, je suis passée par la Quimbanda, la Table blanche, le Candomblé, la Cabale des anges, la Magie blanche et noire, l’Ésotérisme et enfin les Mentors de la franc-maçonnerie. Je voulais du pouvoir et de l'argent. Je voulais en arriver au point d'apparaître et de disparaître devant les gens », se souvient-elle

 

Peu de temps après, le père de Gilda est tombé malade. A cette époque, sa sœur et elle n’avaient plus de contact avec la famille car l’ennemi leur avait ordonné de couper les liens familiaux.

« Nous n'avions pas le droit de participer à des réunions familiales. La Bible dit qu'il est venu pour tuer, voler et détruire, et c'est ainsi que cela s'est produit. On nous a volé le droit de vivre avec notre famille pendant longtemps », a déclaré Gilda.  Mais c'était aussi le moment où Dieu a commencé à prendre le contrôle dans sa vie.

Leur père n'aimait pas la sorcellerie, il était très mécontent que ses filles soient les plus grandes occultistes de la région. Un jour, il se présente à la maison de ses filles, une Bible sous le bras. Il avait été lui-même transformé par le Christ, il voulait sauver ses filles.

« Je l’ai traité de petit Jésus et je me suis encore moquée de lui en disant : 'Le sang de Jésus a du pouvoir', comme le répètent à tout va les chrétiens.  Ce à quoi il a répondu qu'un jour, le sang de Jésus aurait vraiment du pouvoir dans ma vie », a déclaré Gilda.

Le père ayant décidé de se rendre dans une église de la région, ses filles ont insisté pour l'accompagner. « Satan nous a forcé à l’accompagner. Il voulait se mesurer, affronter mon père. Comme nous obéissions sans questionner, nous nous sommes habillées et nous sommes allées à l'église », a déclaré la journaliste.

Pendant le culte, Gilda s'est sentie différente, les louanges lui ont apporté beaucoup de paix. Dans la prédication, le pasteur, saisi par le Saint-Esprit, a révélé toute la vie des deux sœurs, qui se sont demandées qui lui avait raconté ces choses.

Illsutration : Terreiro candomblé & umbanda

Illsutration : Terreiro candomblé & umbanda

Puisque rien ne semblait les en empêcher, les filles ont appris à jeûner et à réciter les Psaumes. Mais, la santé de leur père s'est détériorée. Après avoir été admis aux soins intensifs, il est décédé. Durant le deuil, les sœurs ont cherché du réconfort dans des églises aussi bien catholiques qu'évangéliques.

« Quand nous sommes allées parler au prêtre, il a dit qu'il était sans espoir pour nous, car nous avions perdu notre salut. Il nous a dit d’aller chez les protestants. C’est ce que nous avons fait et nous n’en sommes jamais sorties », a révélé Gilda. Elle raconte avoir été très bien accueillies par l'église. Les pasteurs et l’encadrement ont beaucoup prié et jeûné pour elles.

« Mais le combat a été rude, parce que le Diable n'accepte pas la perte. Il y a eu beaucoup de luttes, nous avons dû tout brûler, nous n’avions plus que les vêtements que nous portions sur nous. Tout ce que le diable nous avait donné a été brûlé. Mais, Jésus nous a soutenu et nous pouvons dire que jusqu'à présent le Seigneur nous a aidé ».

 

Dépouillées de tout, mais remplies de Christ, Gilda a très vite retrouvé un poste de journaliste. Sa mère, une sœur et une nièce se sont converties à Jésus. « Au début de ma conversion, Dieu m'a dit à travers un frère que je travaillerais avec son peuple, pour son peuple et parmi son peuple ». Il se trouve qu’elle a perdu son emploi. Loin de se décourager, elle a prié, puis elle a reçu une invitation à travailler comme journaliste à Editora CPAD (Maison d'édition des Assemblées de Dieu), à Rio de Janeiro; c'était l'accomplissement de la prophétie qu'elle avait reçue. A ce jour, elle travaille comme journaliste chrétienne et a écrit un livre sur sa conversion,  « Da Escuridão à Luz » (Des ténèbres à la lumière).

Témoignage de conversion : Conversion après 30 ans dans l'occultisme (corrigé)Témoignage de conversion : Conversion après 30 ans dans l'occultisme (corrigé)
Tag(s) : #TEMOIGNAGES DE CONVERSION

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :