Bangui a été le théâtre ce 1er mai d'affrontements violents qui ont causé la mort de 16 personnes. En réaction à des échauffourées avec la police, un groupe d'autodéfense a attaqué une église. Une foule en colère a ensuite lynché deux musulmans.

 

bangui

© VOA/Freeman Sipila
 
 

Des responsables catholiques à la morgue devant le corps de l'abbé Albert Tongomalé Baba tué dans l'attaque de l'Eglise FAtima, à Bangui, 1er mai 2018.

La capitale centrafricaine a été touchée par une flambée de violences ce 1er mai. Au moins 16 personnes ont perdu la vie lors de plusieurs affrontements. Un premier incident a impliqué le groupe d'autodéfense centrafricain « Nimery Matar Djamous », connu sous le nom de « Force ». Un des membres de ce groupe armé, l'un des principaux du PK5, quartier musulman et poumon économique de la capitale, aurait été blessé par des forces de sécurité intérieures.