Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 pages

 

Je venais d’emménager dans le quartier. Une voisine s’est approchée de moi, elle venait régulièrement à mon domicile. Toutefois, plusieurs choses me dérangeaient chez elle. Elle se permettait d’ouvrir mon frigidaire, d'entrer dans ma chambre, d'ouvrir les placards et les tiroirs. Elle faisait cela presque tous les jours. Je lui ai demandé ce qu’elle cherchait, mais elle a répondu que c’était une manie chez elle. Elle n’était pourtant pas une enfant, mais j’ai décidé de ne pas relever cela.

 

Les autres voisins qui ne l’appréciaient pas, m’ont expliqué qu’elle touchait à la sorcellerie et qu’il fallait que je m'en méfie.

Je n’ai pas pris ces avertissements au sérieux, je pensais que je devais l’accueillir. Elle venait chez moi tous les jours, sa fille qui avait l’âge de la mienne, sont devenues amies. Elles attendaient le bus ensemble, puis se rendaient à l’école ensemble.

Où que nous allions, ma voisine essayait toujours de me faire payer certaines choses, elle se plaignait de ne pas avoir les moyens. Nous étions deux femmes seules, chacune élevant son enfant, pourtant elle essayait toujours de tirer quelque chose de moi.

Chaque fois que j’achetais quelque chose à ma fille, le lendemain sa fille avait la même chose. J’ai fini par lui demander comment elle faisait, puisqu’elle se plaignait de ne pas avoir d’argent. Elle me répondait qu’elle avait reçu la pension pour sa fille et ça s’arrêtait là.

illustration

illustration

Un matin, j’avais oublié de faire le goûter de ma fille, en l’accompagnant au niveau du bus, je lui ai donné deux pièces pour qu’elle puisse s’acheter de quoi manger à l’école à midi. La voisine et sa fille attendaient également le bus. Ma fille a fait tomber ses deux pièces  d'argent et la fille de la voisine s’est jetée dessus en s'écriant :

- Trouver n’est pas voler !

 

Ma fille a riposté en demandant à son amie de les lui rendre, mais cette dernière semblait réellement croire que cet argent lui appartenait. J’ai attendu quelques instants que la voisine reprenne sa fille, mais elle n’a rien fait. J’ai alors réprimandé la petite en lui disant que ce qu’elle faisait n’était pas gentil et qu’elle devait rendre l’argent de ma fille. C’était pour son déjeuner et elles pourraient partager le déjeuner ensemble si elle n'avait pas de quoi s'acheter quelque chose.

La voisine a saisi les pièces des mains de sa fille pour les rendre, sans dire un mot. Elle semblait très irritée.

Dans l’après-midi j’ai entendu un grand bruit devant chez moi. Lorsque je suis sortie, j’ai vu la voisine qui jetait devant ma porte, tout ce que je lui avais donné à elle et à sa fille. Elle m’insultait et me demandait qui j’étais pour l’humilier elle et sa fille de la sorte, devant des gens.

Je n’ai rien dit, j’ai laissé passer, la voisine ne me parlait plus. Ma fille était triste car son amie ne lui parlait plus et ne jouait plus avec elle à l’école, à la demande de sa mère.

 

Plusieurs jours se sont écoulés, ma fille est rentrée toute contente de l’école un jour. Elle m’a expliqué que son amie lui parlait à nouveau et que sa mère avait préparé deux snacks qu’elles avaient partagé à l’école.

Je ne me méfiais toujours pas de cette femme, j'ai trouvé que c'était une bonne chose. En pleine nuit j’ai entendu un grand bruit qui m’a réveillé, j’ai vu passer une silhouette blanche dans le couloir. Malgré mon étonnement, je n’envisageais pas que cela puisse être autre chose que ma fille. Je pensais qu’elle se rendait aux toilettes. Puis quelques instants après j’ai encore vu cette silhouette aller en sens inverse.

Je me suis décidée à aller voir ma fille dans sa chambre. Ma fille était couchée, elle était toute violette, elle suffoquait. Je l’ai prise entre mes bras, je suis sortie en criant à l’aide. Un voisin nous a conduit à l’hôpital. Après des examens et une radio, les médecins m’ont dit que ma fille avait avalé deux pièces d’argent qui l’empêchait de respirer.

Comment ma fille qui est allée se coucher après s'être brossé les dents, avait pu avaler deux pièces d'argent en pleine nuit ?

Lorsque j’ai pu, je lui ai quand même demandé si elle avait avalé ces pièces d’argent, elle m’a répondu non. Je lui ai demandé ce qu’il y avait dans le snack offert par la voisine, elle m’a dit que c’était du pain fourré à la viande. J’ai compris que la silhouette que j’avais vu chez moi y était pour quelque chose. J’ai beaucoup prié, puis nous sommes rentrées à la maison.

 

Je n’ai plus eu des nouvelles de la voisine, sa fille n’allait plus à l’école. Tous les jours je constatais que leurs fenêtres étaient fermées, comme si elles avaient déménagé. Plusieurs jours se sont encore écoulés, quand j’ai vu sa fille sortir de la maison en criant et en pleurant, elle disait que sa mère était devenue folle.

J’étais étonnée, car je croyais que la maison était vide. Pendant que des voisins se rendaient dans la maison, sa fille me racontait que sa mère disait voir des ombres noires qui venaient la chercher. Elles étaient bien à la maison, mais depuis le jour où ma fille s’était étouffée, elle fermait les portes et les fenêtres à clés, par crainte de ces « hommes ».

illustration

illustration

La voisine a été conduite en hôpital psychiatrique. Sa sœur qui a été mise au courant de la situation, est venue chercher la petite que je n'ai plus revu jusqu'aujourd'hui. J’ai pu constater auprès de sa propre sœur, que sa famille ne semblait pas beaucoup l’aimer.

La voisine alternait entre périodes d'hospitalisations et retours à la maison. Lorsqu’elle était là, je lui faisais à manger, mais elle ne touchait à rien. Elle ne s’alimentait pas, je retrouvais toujours mes plats, décomposés. Je lui en faisais d’autres, dans l’espoir qu’elle s’alimente, mais rien à faire. Un jour en apportant à manger, je ne l’ai pas vu dans son salon, j’ai cherché dans la maison pour la découvrir dans une pièce, elle s’était suicidée. Après ce choc, j’ai appelé la police, les pompiers pour constater ce triste décès.

 

En priant pendant ce deuil, j’ai eu la révélation que c’était elle qui avait envoyé des entités qui ont enfoncé les pièces dans la gorge de ma fille, le but étant de la tuer.

Lorsque j’ai interrogé certaines personnes, elles m’ont dit qu’elle avait envoyé des "esprits vengeurs", supposés la venger de « l’affront » que je lui aurais fait. Mais ces esprits vengeurs se vengent aussi de l’envoyeur, lorsqu’ils n’ont pas pu accomplir leur mission. Après mes prières à l'hôpital, ils sont retournés chez elle, pour la tourmenter et lui prendre sa vie par suicide.

 

J’étais bien naïve de croire que le bien chassait « naturellement » le mal. Mais les paroles de la Bible ont un autre sens pour moi maintenant. Jésus a demandé que nous soyons vigilants et prudents. Il nous a enseigné à chasser le mal, il ne part pas seul. Je n’ai pas été vigilante, je n’ai pas été prudente, je ne pensais pas que le mal pouvait entrer dans un foyer chrétien.

 

 

Matthieu 10:16

Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes.

Luc 10:19

Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi; et rien ne pourra vous nuire.

Tag(s) : #TEMOIGNAGES