Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une étudiante de troisième cycle en art-thérapie à la Southern Illinois University Edwardsville (États-Unis), a fait face à plusieurs accusations après une conversation où elle a donné son point de vue sur la politique et donné sa position religieuse.

Une étudiante punie par l'université pour avoir exprimé des opinions chrétiennes

La jeune Maggie DeJong a été accusée de "discrimination", "d'oppression" et même de "harcèlement", pour avoir simplement débattu avec ses collègues universitaires, via un groupe internet, de sujets sur la politique, la religion, le coronavirus et la censure.

Prenant une position contraire à ses collègues, elle a fini par être accusée de « discrimination ». En conséquence, les responsables de l'université ont interdit à l'étudiante à n'avoir "aucun contact" ni même de "communication indirecte" avec les trois autres étudiants.

 

Le cabinet d'avocats Alliance Defending Freedom s'est saisi de l'affaire pour défendre l'étudiante. Gregg Walters, conseiller de l'entité, a regretté l'épisode et a souligné qu'il n'y avait aucune ouverture à la pluralité des idées, qui devrait être absolument commune et nécessaire dans un environnement universitaire.

"Plutôt que d'accepter et d'embrasser diverses perspectives idéologiques, les responsables du SIUE sont déterminés à obliger leurs étudiants à penser et à parler exactement de la même manière - ou à garder le silence - et puniront quiconque sortira de la ligne", a-t-il déclaré, selon l'ADF.

"Maggie a toujours partagé avec respect ses opinions religieuses ou politiques, ce que chaque étudiant a le droit de faire en vertu du premier amendement", a déclaré Walters, renforçant le droit de l'étudiante à la liberté religieuse, qui a été violé à tort.

"C'est un triste jour pour le dialogue civil et la liberté d'expression lorsque les universités peuvent émettre des ordonnances de silence comme celles émises contre Maggie pour rien de plus que d'exprimer leurs croyances - des croyances détenues par des millions d'Américains."

L'impact négatif de l'affaire a poussé l'université à abandonner les charges contre Maggie DeJong et à clore une enquête qui s'était déjà ouverte contre elle. Alliance Defending Freedom, cependant, a intenté une action en justice devant le tribunal de district américain du district sud de l'Illinois pour dommages moraux causés à l'étudiante.

 

Être une étudiante ou un étudiant chrétien de nos jours, peut signifier devoir faire face à la persécution pour diverses raisons. Certaines églises ont déjà pris l’initiative de préparer les jeunes au marché du travail dans le but de les coacher à faire face et à gérer la foi au travail et à l’école, des initiatives plus qu’appréciées.

 

Gospel+

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :