Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié le jeudi 8 mars 2018 à 17 h 59 Mis à jour le 8 mars 2018 à 18 h 01

 
Photo de Frances, vêtue de rouge, et Derek Baars, portant une chemise bleue devant un champ.
Frances et Derek Baars Photo : Famille Baars

Un couple obtient gain de cause après avoir poursuivi en cour en 2017 les autorités de protection de l'enfance de Hamilton, en Ontario, qui avaient ordonné la fermeture de son foyer d'accueil. Au coeur du litige : les croyances religieuses du couple et le lapin de Pâques.

Radio-Canada avec La Presse canadienne

Frances et Derek Baars se décrivent comme des chrétiens ayant une « foi forte ».

Ils ne voulaient pas faire accroire aux fillettes de 3 et 5 ans sous leur garde que les œufs en chocolat qu’ils avaient cachés pour une chasse aux œufs venaient du lapin de Pâques, un personnage mythique.

 

Il y a suffisamment de preuves pour confirmer que les enfants ont été retirés [de la famille d’accueil] parce que les Baars ont refusé de raconter ou de laisser entendre que le lapin de Pâques avait distribué des chocolats à la maison des Baars. Le juge A. J. Goodman

 

 

Le juge Goodman a ajouté que la Société d’aide à l’enfance de Hamilton avait « brimé substantiellement » les croyances religieuses des Baars.

La travailleuse sociale Tracey Lindsay avait admis que le couple traitait bien les deux fillettes, mais tout en affirmant que c’était aussi le rôle des Baars de leur parler du lapin de Pâques, a soutenu le couple dans des documents juridiques.

Un lapin et des oeufs de Pâques en chocolat.

Des chocolats de Pâques Photo : iStock

 

Le juge Goodman a conclu que les Baars avaient « tenté de permettre » aux deux fillettes de « profiter du plaisir de fêtes [comme Pâques et Noël], malgré leurs croyances religieuses, qui ne leur permettaient pas de perpétuer l’existence de personnages fictifs qui y sont liés ».

Le couple, qui habite maintenant Edmonton, est « très reconnaissant » du jugement et espère adopter un enfant.

Durant les procédures judiciaires, la Société d’aide à l’enfance de Hamilton avait soutenu que les familles d’accueil devaient « faire fi de leurs croyances et de leurs valeurs personnelles » pour s’occuper d’enfants de différentes origines.

      Tag(s) : #DISCUSSIONS BIBLIQUES