Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

inconnu

inconnu

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), toutes les 40 secondes, quelqu'un dans le monde se suicide. Le nombre de morts auto-infligées est considérablement plus élevé que celui des homicides : 800 000 par an, contre 470 000.

 

Ces taux continuent d'augmenter, en particulier dans les pays pauvres et en développement. Les experts disent que c'est un phénomène complexe, qui « nécessite des approches sur plusieurs fronts. »

Une psychologue chrétienne affirme que « Dieu peut guérir, mais il donne aussi aux gens les moyens de prendre soin des autres »

 

 

Le thème du suicide semble gagner en visibilité lorsqu'il s'agit de décès de célébrités. L'Association Internationale pour la Prévention du Suicide, la plus grande ONG travaillant dans ce domaine, a été fondée dans les années 1960. Grâce à ses performances, le Septembre Jaune a été créé, qui est devenu une date mondiale de prise de conscience du problème.

 

Mais les campagnes ne suffisent pas, comme le rappelle le psychiatre Antônio Geraldo da Silva, directeur et surintendant technique de l'Association brésilienne de psychiatrie (ABP). « L'approche est toujours biaisée. Les gens ne veulent pas accepter que la maladie mentale existe. Mais il doit être clair que le suicide est une urgence médicale. Près de 100% des personnes qui ont essayé ou se sont suicidées ont un problème psychiatrique. Et ils sont des maladies mentales traitables. C'est le préjugé qui étrangle la prévention », dit-il.

 

 

La psychologue Roseli Kühnrich, qui écrit abondamment sur la façon dont le suicide est également présent dans les églises, y compris dans l’esprit des pasteurs, annonce qu’indépendamment de la classe sociale, de la culture ou de la religion, cela affecte toutes sortes de gens.

Selon elle, « en tant que chrétiens, ce n'est pas à nous de juger, mais d'accueillir les familles endeuillées, sans augmenter leur énorme souffrance ».

Kühnrich souligne qu'il y a de l'aide disponible pour ceux qui la cherchent :

« Le préjugé religieux de chercher de l'aide est basé sur un triomphalisme dangereux : Dieu me guérira, disent certains. Oui, Dieu le peut, mais il a aussi formé des gens à prendre soin de ton cas. »

 

« Un chrétien qui souffre de diabète, de cancer ou de toute maladie cherche de l'aide en plus de prier. La maladie psychique et mentale peut et doit être traitée. La prière est l'un des éléments de ce processus. Nous croyons en un Dieu face à Jésus qui a soupiré devant les misères humaines, n'a pas moqué, ni ridiculisé, ni condamné les malades. Offrir de l'aide et de la compréhension à ceux qui souffrent de problèmes psychologiques est aussi la mission de l'Église », a-t-elle conclu.

 

 

Avec les informations de :

GospelPrime

Tag(s) : #SIGNES DES TEMPS APOCALYPTIQUES, #DISCUSSIONS BIBLIQUES