Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 pages

 

 

Goshen, Indiana – Etats-Unis

Témoignage : Hannah, "la fille du pasteur" en prison pour cent ans

La seule façon d’avoir des revenus en prison, c’est de travailler. Nous sommes rémunérées quelques centimes par heure. A la fin du mois on gagne 18$, après quelques années tu peux éventuellement gagner une trentaine de dollars par mois. Certaines travaillent à la cuisine de la prison, d’autres à la blanchisserie, il y a encore quelques domaines, moi je suis secrétaire.

Je me nomme Hannah, j’ai 27 ans, j’ai été condamnée à l’âge de 17 ans. En prison mon emploi de secrétaire consiste à organiser la vie courante en planifiant par exemple des tournois sportifs, passer des commandes pour du matériel, etc. J’évite les problèmes autant que possible, j’ai décidé de passer ma peine aussi tranquillement que possible.

Enfant, j’avais de grands rêves, je voulais être professeure, je souhaitais avoir une vie normale. Maintenant je pense que si je sors d’ici, je ne trouverais jamais un emploi. Si vous m’aviez connue avant, si vous connaissiez la vie que j’avais et de qui j’étais la fille, vous n’auriez jamais pu imaginer que je finirais en prison.

 

J’ai grandi à Goshen où tout le monde m’appelait « la fille du pasteur ». Mon père était le pasteur de l’église méthodiste. J’étais fière de m’asseoir à l'avant sur les bancs de l’église et écouter mon père prêcher. Enfant, j’étais déjà très fière de mon père. Mon père a toujours été quelqu’un très aimant, un homme très sensible, honnête et vrai. Il n’a pas deux visages, il est le même avec les membres de l’église, comme à la maison. Il vit et pratique exactement tout ce qu’il prêche. C’est un exemple.

Pourtant j’ai été élevée par ma mère, parce que mes parents ont divorcé lorsque j’avais 3 ans. Ma mère était sévère, très dure, à l'opposé de la douceur de mon père. A l’adolescence je n’avais jamais fumé ni bu, j’étais une fille qui se tenait bien. Puis je suis entrée dans cette autre phase de l’adolescence où je m’étais lassée d’être une fille bien, être la préférée des professeurs ne me disait plus rien. Je me disputais beaucoup avec ma mère, des disputes extrêmement violentes. Aujourd’hui je donnerais tout pour revenir dans le passé.

Hannah

Hannah

Depuis 10 ans que je suis en prison, je reçois essentiellement des visites de mon père. Depuis que j’ai commis ce crime, les relations avec le reste de la famille se sont raréfiées pour devenir inexistantes. Mon père commence à se faire vieux, je me dis que le jour où il ne sera plus là, je serai seule au monde. Je n’ai aucun autre lien, mon père est ma seule famille. Il ne m’a jamais jugé et je ne me suis pas sentie moins aimée de lui après le crime. S’il n’était pas présent, je n’aurais plus personne. Lorsqu’il vient me voir en prison, nous n’abordons aucun sujet négatif ou triste. Il m’offre un espace de paix et de joie durant les deux heures que durent la visite. C’est mon bol d’air, mon moment de liberté, ces deux heures passées dans la salle de visites, c’est précieux. Mais en même temps c’est difficile, cela me rappelle la vie que j’avais autrefois.

Le papa d'Hannah

Le papa d'Hannah

Il y a dix ans, j’étais au lycée, mais je ne me sentais pas à ma place. Je n’étais pas dans le groupe de filles populaires, je souhaitais l’être, je voulais me démarquer et être remarquée. A cette époque j’ai connu un garçon, Spencer. Il était sombre et mystérieux. Il m’a beaucoup attiré parce qu’il était tout ce que je n’étais pas. C’était un mauvais garçon, je voulais qu’il croie que je l’étais aussi. Il est devenu mon petit copain, nous passions beaucoup de temps ensemble. Ma mère savait qu’il était mon ami, elle ne voulait pas de cette relation. Je ne m’étais jamais sentie intégrée, être sa copine me permettait de l’être, je me sentais acceptée par les autres.

Nous n’étions que des enfants, pourtant je croyais que je l’aimais, j’étais sûre que je l’aimais. A 17 ans, tu es persuadée que tu as trouvé ton âme sœur, alors tu es prête à faire des bêtises pour lui. Je crois que malgré tout, même à l’époque, je ne pensais pas que les évènements prendraient cette tournure.

Spencer vivait chez son oncle. Un jour il a été mis à la porte, je le faisais venir en cachette chez ma mère. Il dormait en cachette dans ma chambre et j’espérais que ma mère ne s’en aperçoive pas. Un jour, j’ai ouvert les yeux, ma mère était devant le lit, elle nous fixait. Elle est devenue folle de rage. Elle criait, elle l’insultait, elle lui a demandé de partir. Puis elle m’a dit que c’était sa maison, ses règles et si je voulais rester sous son toit, je devais obéir ou partir. J’ai décidé de partir. J’ai pris mes affaires et j’ai rejoint Spencer dans sa voiture, c’était la plus grosse erreur de toute ma vie.

Lorsque ma mère nous a chassé de la maison, Spencer était furieux. Nous n’avions pas d’argent et nous ne savions pas où aller.

Témoignage : Hannah, "la fille du pasteur" en prison pour cent ans

Nous avons roulé, puis il a garé la voiture. Je me suis endormie quelques instant, il m'a réveillé. Il avait une arme, c’était la première fois que j’en voyais une. Il a dit qu’il voulait punir ma mère. Il m’a dit qu’on devait retourner chez ma mère et qu’une fois devant, je devais sortir et sonner. Lorsqu’elle ouvrirait la porte j'allais m’écarter, pour qu'il puisse entrer.

Je n’ai rien dit, je ne voulais pas le contrarier. Je pensais qu’il voulait simplement effrayer ma mère. Je n’avais aucune idée de ses véritables intentions. Une fois devant la porte, ma mère a tardé à ouvrir, j’ai dû insister. Mon cœur battait fort, elle a ouvert la porte en me demandant ce que je voulais, je lui ai répondu que je venais récupérer des vêtements. Lorsqu’elle a ouvert la porte, Spencer qui était caché, a pénétré à l’intérieur en menaçant ma mère.

C’était irréel, on aurait dit un film. Elle était à terre, elle criait. Je ne réagissais pas. Je ne me rendais pas compte, je ne réalisais pas ce qu’il faisait à ma mère. Je sais que ce n’est pas crédible, mais j’étais comme présente et absente en même temps. Ma mère lui disait qu’elle lui donnerait tout son argent ainsi que les numéros de ses comptes bancaires. Je n’arrivais pas à intervenir, j’étais bloquée dans le rôle de spectatrice, je n’arrivais pas. Spencer avait du ruban isolant, il avait tout préparé. Je suis entrée dans un état de panique. J’ai commencé à comprendre qu’il allait tuer ma mère. Je lui ai demandé la permission de faire mes adieux à ma mère. Je me suis agenouillée, elle avait les mains attachées et du scotch sur la bouche, je lui ai dit que je l’aimais. Je l’ai embrassée.

Spencer a mis fin à la scène, il m’a demandé de rester sur place, il m’a dit de ne pas appeler la police, puis il est sorti en traînant ma mère. C’était la dernière fois que je la voyais.

Il a conduit ma mère dans un champ de maïs, il l’a exécutée. C’est là qu’on a retrouvé son corps plus tard. J’ai été accusée d’homicide volontaire, de conspiration et d’utilisation d’arme. J’ai conclu un accord pour 100 années de prison.

Témoignage : Hannah, "la fille du pasteur" en prison pour cent ans

Lors de cette dixième année d’incarcération, on m’a annoncé que Spencer s’était suicidé en prison. Nous n’avions plus de relations, depuis mon incarcération, je lui écrivais pour savoir s'il regrettait avoir tué ma mère, mais il n’a jamais répondu. Je lui en veux terriblement. Spencer m’a beaucoup influencé, il avait une emprise sur moi. Ma mère a été assassinée. Le temps m’a permis d’accepter et de comprendre mon implication dans tout cela. Il ne se passe pas un seul jour sans que je pense à elle. Je voudrais tellement revenir en arrière, mais je dois vivre avec cela tous les jours.

 

Hannah aura 67 ans lorsqu’elle pourra demander sa liberté conditionnelle.

Discovery ID

Discovery ID

Tag(s) : #TEMOIGNAGES

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :